Blog

Clôture de la Cavalcade

Bonjour,

L'édition de la Cavalcade des blogs de novembre prend fin.

Il n'y a pas de "gagnant" car je n'ai pas réussi à vous départager.

Que vous soyez premier ou dernier, tous les textes sont vraiment très bons. J'ai pris énormément de plaisir à tous les lire.

 

 

 

Dans un premier temps, je vous donne les liens des participants pour que vous puissiez juger par vous-même de la qualité des articles,

Dans un second temps, un récapitulatif des livres dont vous avez traité avec tant de doigter (classés selon mon humeur du moment).

 

Dans le thème "élevage" :

http://oeuf-poule-poussin.com/des-poules-chez-vous/ Quand on commence un nouvel élevage, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Voici un livre pour démarrer facilement un élevage de poules.

 

Dans les thèmes "biographie / autobiographie" :

http://sylvieetche40.blog4ever.com/ma-participation-a-la-cavalcade-des-blogs Sylvie nous parle de son livre autobiographique (première participation à la Cavalcade)

http://leblogdedalawan.blogspot.fr/2015/11/sur-mes-quatre-jambes.html Emilie nous parle de l 'autobiographie d'un cascadeur de renom : Bernard Sachsé

 

Dans les thèmes "communication / travail sur soi" :

http://eduquer-son-cheval.com/lecture-communiquer-avec-son-cheval/ Alexandrine propose un ouvrage où il est question d'éthologie mais aussi de jeux interactifs pour mieux comprendre et mieux communiquer.

http://soins-et-toucher.com/la-communication-telepathique-avec-les-animaux/ Virginie nous plonge dans un monde où les animaux nous comprennent sans que nous leurs parlions (enfin, presque.). (première participation à la Cavalcade)

http://www.cavalidee.com/lu005-le-cube-magique/ Brigitte nous invite à imaginer suivant les règles données par ce livre. Où ce livre veut-il nous mener ? Oserez-vous relever le défi ?

 

Dans le thème "roman" :

http://cheval-facile.com/le-merveilleux-cheval-mongol/ Gaëlle, du blog "Cheval Facile" nous propose de découvrir un roman jeunesse dont l'intrigue se déroule entre la Mongolie, lieu de survit des chevaux de Przewalski et l'Angleterre.  Le Merveilleux Cheval Mongol.

 

Hors théme : 

Je vous propose divers livres à découvrir sur mon blog : http://jardins-et-chevaux.over-blog.com/quel-livre-recommande-je.html

 

Maintenant, je vous propose un récapitulatif des livres que vous avez choisis (avec ma partialité) :

Le Cube Magique, éditions Presse du Châtelet, écrit par Annie Gottlieb

Le Cri du Toucan, éditions EdLib, écrit par Sylvie Etche (dont nous avons l'honneur de la présence)

Des Poules chez vous, éditions Couleurs Mosaïques, écrit par Isabelle Goriaux

Les pouvoirs inexpliqués des animaux, éditions J'ai Lu, écrit par Rupert Sheldrake

Sur mes quatre jambes,  éditions du Rocher, écrit par Bernard Sachsé

Le merveilleux cheval mongol, éditions Le livre de Poche Jeunesse, écrit par James Aldridge

Communiquer avec son cheval, éditions Vigot, écrit par Véronique De Saint Vaulry

Pour ma part, je vous présente les auteurs Dick Francis (roman policier), Marcel Mavré (autobiographie et recherche historique) et Lynn R. Miller (Amish aux Etats-Unis)

 

Merci à toutes et tous d'avoir participer à cette édition de la Cavalcade des Blogs et rendez-vous dès le mois prochain pour de nouvelles aventures !

La Cavalcade de novembre

Amies lectrices - blogueuses

Amis lecteurs - blogueurs

 

Logo Cavalcade 

 

" La Cavalcade des Blogs" change chaque mois d'animateur. Le concept, simple, est de demander aux blogueuses - blogueurs de composer sur un thème choisi par le blog hébergeur du concours.

 

 

 

bibliotheque: Retro canapé cuir marron, salon salon Banque dfeu dans une chemin?e Banque d'images - 22308632L'hiver s'installe petit à petit. Les nuits sont de plus en plus longues. Nous nous ennuyons, à la veillée. Le feu est allumé et les livres ont été tous lus. Que faire ? Grâce à cette édition de "La Cavalcade", de nouvelles oeuvres vont garnir les rayons de nos bibliothèques. En effet, en ce mois de novembre, le sujet est

 

"Quel livre recommande-je ?"

 

Il n'est pas question d'écrire "J'aime ce livre car il est génial", c'est un peu court (400 mots minimum) et ce n'est pas argumenter.

Par contre "L'auteur romanesque Y écrit d'une plume légère dans le genre policier" est tout à fait accepter (en continuant l'argumentaire)

 

Pour cette Cavalcade, des règles supplémentaires s'appliquent.

Il est interdit de :

- copier en intégralité ou partiellement une oeuvre

- copier en intégralité ou partiellement une quatrième de couverture* (résumé de l'éditeur et/ou critiques)

Pour rappel, la publicité est proscrite dans les participations. L'utilisation des premières de couverture* est acceptée pour imager vos propos.

L'objectif de ce concours est de partager deux passions : les animaux et les livres. Vous avez donc le droit de nommer le titre de l'oeuvre ainsi que son auteur.

Si vous voyez qu'avec un ouvrage, vous n'arrivez pas au minimum de 400 mots, n'hésitez pas à en partager plusieurs sans toutefois écrire un roman !

 

définitions* :

première de couverture : jaquette avant d'un livre

quatrième de couverture : dos d'un livre

 

Règlement général de la Cavalcade des blogs :

Logo Cavalcade- 400 mots minimum, en français, sans faute d'orthographe.

- original  (c'est la première fois que ce texte est publié)

- nouveau (publié pour l'événement, pas avant)

- de qualité

- vous pouvez y inclure 2 liens vers votre blog ou site

- vous devez y inclure, un lien vers l’article de lancement,

un lien vers la page de la Cavalcade des Blogs (http://cheval-facile.com/cavalcade-des-blogs/)

et un lien vers le blog de l’organisateur. (http://jardins-et-chevaux.e-monsite.com)

 

Vous avez un blog ? Rédigez votre participation puis, en commentaire de cet article, partagez l'adresse où nous pouvons le lire.

Vous n’avez pas de blog mais vous désirez participer ?

Vous pouvez  m’envoyer votre article par courriel à cette adresse : jardins-et-chevaux@laposte.net Je le publierai pour vous.

 

Vous avez jusqu’au 12 novembre pour rendre vos copies.

Bonne cavalcade à toutes et tous !

 

Note de Gaëlle (superviseuse de la Cavalcade des Blogs), reçu en commentaire :

Bonjour à tous et à toutes,

Exceptionnellement pour cette édition de la Cavalcade des Blogs, j'autorise les liens commerciaux de type affiliation pour ceux qui les utilisent.
Belle édition à tous et à toutes

Gaëlle

16 octobre, il a plu hier

Un cheval sachant ce qu'il veut vaut mieux qu'un homme sans but (cette phrase ne veut rien dire, tant pis)

 

Ursina le matin

 

       Ursi dans la porte

 

Que nous apportent les animaux ?

Concours du 10 janvier 2015

Cavalcade 294x300Une amie m'a proposé de composer pour un concours sur le thème suivant : "Que nous apportent les animaux ?"

Qui est cette amie ? D'où vient-elle ?

Parlant bien mieux d'elle que moi, je vous propose de la retrouver sur son blog : http://cheval-facile.com/cavalcade-des-blogs/

Dans quel contexte ?

Organisé par http://oeuf-poule-poussin.com/ ce concours a pour but de promouvoir différents blogs et sites traitant de sujets aussi passionnant que les chevaux et autres animaux nous entourant.

Quelles sont les règles de ce concours ?

Lire l'article de lancement : http://oeuf-poule-poussin.com/que-nous-apportent-les-animaux/

Maintenant les présentations faites, il s'agit maintenant de travailler...

 

 

Pour certains, les animaux représentent

des nuisances olfactives,

(imaginez un gros tas de fumier frais)

des nuisances sonores,

(un chien aboyant sans raison en permanence)

des nuisances visuelles,

(on ne peut pas dire : "les bâtiments des stabulations libres sont d'une beauté époustouflante")

 

"Que nous apportent les animaux ?"

Observation

Si on veut comprendre un individu, il faut l'observer.

Facile ? pas si sûr.

Lorsqu'il y a deux êtres se ressemblant, qui est qui ? Seule une observation et une connaissance des anatomies permettent de le dire avec certitude.

Regarder ne suffit pas. Regarder est comme "regarder la télé". C'est une action passive où l'intéressé subit des informations.

Observer est voir avec curiosité, regarder en se demandant :"Pourquoi tel individu réagit de telle façon avec tel autre ?" en cherchant une réponse adaptée.

C'est aussi regarder sans poser de questions, en laissant les choses venir mais avec  un regard critique.

 

Ecoute

À être à ces cotés et à l'écouter, la jument m'a appris sa langue.  Et quelle langue ! A sa manière, avec sa voix mais aussi ces postures, je comprends ce qu'elle veut.

Ecouter un cheval n'est pas seulement de la bêtise (pour certains d'entre nous) c'est être prévenant.

Entendre est un peu comme regarder. Entendre est subir un son. "J'entends un hennissement"

Ecouter est être attentif aux modulations du hennissement car chaque bruit qu'émet un cheval à une signification.

 

Amour

Pour pouvoir aimer, il faut savoir Ecouter et Observer.

Ou faut-il observer et écouter pour aimer ?

Mm, vaste question ...

L'Amour, contrairement à l'écoute et à l'observation est un sentiment. Un sentiment très fort, très puissant.

Pour moi, l'Amour est la conséquence d'une observation et d'une écoute longues et minutieuses.

 

Peur

La peur est le sentiment contraire à l'Amour.  Elle est issue d'un manque de connaissance sur le sujet. (ou de l'animal)

L'individu ayant peur prendra le plus souvent la fuite. Celui recevant ce sentiment peut réagir de façon incontrôler et donc mettre la personne en réel danger.

Reconnaître le sentiment de la peur n'est pas acquis dans notre société. Quel dommage !

"Que faire pour se mettre en sécurité sans se mettre en danger ?"  Observer la situation pour mieux l'appréhender suffit généralement à calmer les choses.

Oui, les animaux peuvent aussi nous enseigner de telles choses.

 

Joie

Avez-vous déjà ri parce que votre compagnon joue les comiques ?

Mise en situation :

votre cuisine a une porte donnant sur le parc où est votre cheval.

Un cheval peu habituté à être le seul cheval dans son près est là.

Le matin, vous ouvrez votre porte et votre cheval vous attend. Vous laissez ouvert pour aérer et la lumière faiblit dans la pièce.

Ce n'est pas l'orage, juste un ouragan.

Curieux par nature, votre cheval s'invite à votre table de petit-déjeuner puis s'arrête devant le poêle en fonctionnement.

Il reprend sa balade, va boire l'eau du chien puis revient à son point de départ.

Ce n'est pas une habitude chez moi, quoi que...

(Ces photos ont été prises dans un précédent logement en 2008)

 

Partage

Un verbe me vient à l'esprit : Partager

Partager un moment avec les chevaux, le chien

Partager une photo, un film

Partager ces connaissances

Il ne suffit pas de s'entourer d'animaux pour être heureux mais pouvoir partager des moments de tendresses est important.

 

Pour conclure, les animaux m'apportent de l'Amour, de la Joie de vivre et la Vie.

 

 

Ps :

Quand on parle d'animaux, c'est à ma fleur des champs à laquelle je pense en premier.

ursina au soleil Ursina de Vichy

 

Une pensée pour mon fidèle chien

galak Galak

 

Merci de m'avoir lu,

Amitiés

 

 

 

fais moi rire, par pitié

concours du 10 février 2015

 

Cavalcade 294x300Une amie m'a proposé de composer pour un concours sur le thème suivant : "fais moi rire, par pitié"

Qui est cette amie ? D'où vient-elle ?

Parlant bien mieux d'elle que moi, je vous propose de la retrouver sur son blog : http://cheval-facile.com/cavalcade-des-blogs/

Dans quel contexte ?

Organisé par http://levraiblogcheval.com/ ce concours a pour but de promouvoir différents blogs et sites traitant de sujets aussi passionnant que les chevaux et autres animaux nous entourant.

Quelles sont les règles de ce concours ?

Lire l'article de lancement : http://levraiblogcheval.com/2015/01/13/cavalcade-blogs-14-fails/

Maintenant les présentations faites, il s'agit maintenant de travailler...

 

Fais-moi rire, par pitié ...

Voici un acte anodin et pourtant...

 

Il est dit : « rire un quart d'heure équivaut à manger un steak ». Qui rit un quart d'heure tous les jours ? Il n'en est pas si facile. Heureusement, nos amis bipèdes à plumes et quadrupèdes nous y aident.

 

 

 

Ma jument et moi

 

Quand je m'approche de ma jument (ou l'inverse), elle sait où je lui fais du bien en la grattant. À ces fesses, son visage m'intéresse parfois plus. Comment peut-on s'entendre ? Elle secoue la tête quand mes mains vont vers son visage et se tourne. Quand cela dure un moment, Ursina arrive à me faire rire. Comme le rire est contagieux, elle en rit aussi.

 

 

 

Un autre cheval, dans une autre ferme

 

La porte de l'écurie est un peu basse. Le cheval doit rester tête dans le prolongement du dos pour ne pas se faire mal. Un cheval en longe hésite à la franchir. Il passe un antérieur, un second, la tête sous la poutre. Un bruit soudain provoque la crainte et l'équidé relève trop rapidement la tête. Je l'ai vue sortir en marche arrière rapide, étourdi. Sa réaction m'a fait rire, pas lui. Il s'est fait mal sur le coup et de me voir rire, il n'a pas apprécié. Il a finit par franchir cette même porte. Une heure plus tard, c'était déjà de l'histoire ancienne. Ce cheval connaissait très bien les lieux.

 

 

 

Une vache

 

Holstein

 

Une vache laitière, proche de l'homme était extra-ordinaire. Elle aimait lécher les mains de ceux venant la caresser. On voyait à sa façon de se tenir qu'elle appréciait nos mains. C'était une vache, avec de belles cornes, noire et blanche. Elle était belle et je l'aimais bien.

 

 

 

Les poules, un chien, le cheval

 

Ursina vit avec des poules, en liberté. Des promeneurs ne tiennent pas en laisse leur chien. Ce dernier a vu les poules et décide d'aller les voir de plus près. Elles émettent un signal d'alarme. Le cheval, sensible, accourt. Le chien voit ce tas de muscles foncé sur lui, les oreilles en arrière, ronflant. Il laisse les poules pour aller se réfugier dans les pieds de ces maîtres, pas très rassurés. J'interviens et explique que la jument fait son travail de gardienne. Dès le printemps, elle est séparée de ces copines herbivores (pour une question de place à la maison) et trouve du réconfort auprès des poules. Ursina les protège comme elle protégerait son poulain. Les promeneurs continuent leur chemin, le chien en laisse. Le cheval et moi les accompagnent. Quand je m'arrête, la jument se met en travers de la route. Je ne m'attendais pas à une telle réaction de sa part.

 

 

 

Le cheval et les poules

 

Qui a déjà vu une poule faire du cheval ? Un coq ? Et 3 poules et un coq ? Habitué à mes excentricités, la jument ne réagit plus. J'installe sur son dos les volailles. Le record est de 3 minutes !

 

 

Et si on parlait de nos chouchous

Concours du 10 mars

Cheval Facile : http://cheval-facile.com/cavalcade-des-blogs/ 

cavalcade des blogs

 

Organisé par Émilie (pour la première fois) http://levraiblogcheval.com

 

Vous présente :

 

Parlons de nos "chouchous"

Ma « première » jument

Enfant, je montais dans un poney-club familial rural. J'aimais bien ce club où l'on s'occupait des poneys en box, même si nos montures n'étaient pas eux. Nos montures, nous allions les chercher dans leur prés, à cinq cents mètres environ du centre. Certains de ces poneys étaient petits, d'autres plus grands. Un point leur était commun : toutes étaient des juments reproductrices. Un jour, arriva une belle jument blanche (oui, de mes yeux de pré-adolescent, ce poney était blanc) Au près, elle était relativement facile mais une fois sellé et dans le manège, cette dame montrait un petit caractère. Pour moi, c'était de l'or sur pied, pour mes copines et copains, c'était un mauvais moment à passer. C'était vrai, il fallait de la douceur, de la gentillesse et de la fermeté. J'en faisais ce que j'en voulais, de cette jument. Un véritable amour. Deux ou trois ans plus tard, je ne l'ai plus vu. Parti mon amour ? Comment était-ce possible ? Moi qui ne venait là que parce qu'elle me motivait à venir...

Que s'est-il réellement passé ? Je n'en sais encore rien aujourd'hui. Elle se serait pendu à un cornadis de vaches. Cette version ne me satisfaisait guère : il n'y avait pas de vaches au poney-club. Peut-être chez celui chez qui elle allait « prendre le mâle » ? De ce qui a de sûr, j'en avais vraiment souffert de ne plus la voir. Je l'aimais. Elle s'appelait Flaminka, C'était ma première jument même si elle ne m'a jamais appartenu.

 

Une histoire plus heureuse

La première fois où j'ai vu ce cheval sur la photo de l'annonce, j'ai tout de suite su qu'il se passerait quelque chose de très fort entre nous. Ca n'a pas loupé.

Chouchou n'est pas le surnom de ma jument. Ma chérie ou mon amour lui vont bien mieux. C'est un bichon se déplaçant avec légèreté...

Belle est un herbivore ongulé mono-gastrique appréciant la compagnie de ces pairs mais aussi de la mienne...

 

 

Ensemble, nous avons parcouru des dizaines de kilomètres, à pied. Nous sommes passés à travers les ronces ; des véhicules plus ou moins rapide nous ont croisé ou doublé.

 

Nous avons rencontré des personnes promenant deux chiens en laisse. J'ai proposé l'échange de mes bichons contre les chiens. La dame m'a dit :"ils sont trop grands pour ma maison". Je n'ai pas compris, elle ne prend pourtant pas beaucoup de place, ma jument. Il n'est pas possible de passer des heures, des jours et des kilométres ensemble sans créer de liens intimes.

 

Au lieu de faire de longs discours, voici une série de photos commentées. Bonne lecture !

Mon frère et ma Belle sont devant la maison

fred vs ursi

Le prénom de Belle est Ursina.

oeil

 

Elle me fait bien rire quand elle joue à Cachette

cachette

 

ou quand elle se prend pour une fleur

fleur

 

Parfois, il m'arrive d'aller la chercher

brouillard

mais dans le brouillard, en pleine nuit, avec des lunettes de soleil sur le nez, il n'y a rien d'évident à la voir... Il faut chercher.

 

Heureusement, il lui arrive d'être sérieuse

(image  inconnue)

Évidemment, là, il y a absence de photos... 

 

Dans tout les cas, à l'heure de l'apéro, elle est là

boire

 

Une fois ivre, Ursina part dormir

repos

 

Dort-elle seule ? Non ! je vais la rejoindre.

Blottis entre ces antérieurs et sa tête, joue contre joue, nous sommes heureux.

 

 

sans tapis, sans selle

Concours du 10 avril

Bonjour,

Le mois dernier, j'ai composé sur le thème "Nos Chouchous", le résumé de clôture est par ici

Une Cavalière Anonyme organise ce mois-ci le concours "la Cavalcade des blogs".

Vous connaissez le principe : rédiger un texte répondant au thème donné. ce mois-ci : « CHEVAL SANS SELLE, QUE FERIEZ VOUS? »


 

Pour  un cavalier, sans selle, l'imagination peut déborder ...

Charretier, le tapis et la selle ne font pas parti de mon équipement.

Je vais donc imaginer une reprise classique, avec des chevaux classiques, sans tapis, sans selle, sans mors.


 

Après avoir étrillé consciencieusement la monture puis lustré avec une brosse dure, il fût l'heure d'emmener  les chevaux dans le manège.

Petite balade bien sympa de quelques minutes afin d'échauffer les muscles des cavaliers.

Une fois sur la ligne du milieu, une gymnastique commença. Les cavaliers furent obligés de sautiller pour avoir l'élan nécessaire pour passer la jambe droite au-dessus de la croupe.

Tout le monde fut à cheval. La reprise allait pouvoir commencer.

Marc, l'instructeur, arriva. 

"Mettez-vous au pas, piste à main droite" dit-il.

"Comme vous n'avez pas l'habitude, respectez impérativement les distances de sécurité" ajouta-il.

Ils marchèrent donc les uns derrière les autres.

D'un coup, un courant d'air fit claquer une porte. Le cheval de tête prit peur et parti plein galop à l'autre bout du manège, s'arrêta net devant le pare-botte puis fit un demi tour express. Sophie, sa cavalière prit un billet allez simple pour le sol. Elle se releva sans mal et se remit à cheval. La séance reprit.

« maintenant, vous allez faire une demi-volte renversée au point K » ordonna Marc.

Une fois la figure réalisée, il ajouta :

« arrêtez-vous sur la ligne du milieu »

Les cavaliers exécutèrent.

« Bien, maintenant, chacun votre tour, vous allez faire les transitions pas-trot-galop puis galop-pas avant de revenir à votre place »

Quel exercice ! Les élèvent se regardèrent, leur niveau n'est pas super. Déjà qu'en selle, certains d'entre eux avaient du mal mais sans les étriers, c' était une autre paire de manches …

« C'est pour votre assiette » précisa Marc.

Un cavalier lui répondit :

« la table est mise, il ne manque plus que les gamelles »

Le premier s'élança. Le pas et le trot, il géra. Au galop, il paressait aussi à son aise. Retour à son point d'origine, il avait assuré. Applaudissements. Plusieurs s'élancèrent, sans trop de problèmes. Arriva le tour de Sophie. Peu sûr d'elle, la peur de chuter une nouvelle fois, elle exécuta l'exercice. Le pas, le trot puis l'allure de trop, le galop. Le cheval avait compris et accéléra. La cavalière n'avait pas eu le temps de réagir et glissa sur le poil en sueur de l'équidé pour rejoindre le sol, nez en premier. Sophie se mit à nouveau à cheval. À la fin de la séance, elle déclara continuer à monter à cheval mais avec une selle.


 

Point de vue du cheval...

Je suis un cheval d'un mètre cinquante au garrot. Des cavaliers m'ont dit avoir une robe baie. Je suis sûr d'avoir un poil foncé ! J'ai une aventure à vous raconter.

J'avais dix ans et vivais dans ce que les humains appellent un club équestre. Je vivais dans des prés avec des congénères, une vie agréable.

Deux fois par semaine, des petits humains venaient nous chercher pour se hisser sur notre dos. Quelle idée ! Mais c'était notre gagne-foin.

Le directeur ne voulait pas de barre en fer dans notre bouche, heureusement pour moi. Dans un de ces groupes, il y avait une cavalière. Je ne l'appréciais guère car la trouvais violente dans ces mains. Un jour, le directeur décida une leçon sans tapis ni selle et choisi de m'attribuer cette cavalière. Elle me prépara. Je m'amusai à lui renifler son arrière-train lorsqu'elle me nettoya les pieds. Elle avait peur, c'était drôle. Une fois prêt, nous allions rejoindre les autres dans le manège. Cette cavalière arriva à se hisser sur mon dos grâce à une de ces copines. Le directeur lui demanda de prendre la tête de reprise. Chouette, personne devant moi pour m'arrêter, au cas où une idée me viendrait ! Une porte claqua et me fit réellement peur. Je partis plein galop pour m'arrêter net devant le pare-botte. La cavalière chuta et je repris ma course. J'ai bien ri mais elle ne comprit pas, la porte était un prétexte. Les humains sont parfois trop long à comprendre nos motivations.

cette personne qui m’a tant appris

Concours du 10 mai

Bonjour,

 

Le mois dernier, j'ai composé sur le thème "Cheval sans selle, que feriez-vous ?" dont l'article de clotûre est par ici.

 

Mon cheval m'a dit organise ce mois-ci le concours de "la Cavalcade des blogs".

 

Le principe est de rédiger un texte répondant au thème donné. ce mois-ci : « CETTE PERSONNE QUI M'A TANT APPRIS ? »

 

 

 

J'étais enfant. Avais-je 10 ans ? Je ne me souviens plus très bien. Tous les mercredis après-midi j'allais au poney-club. Le siège du club était aussi le siège d'une exploitation agricole. Pour les leçons d'équitation deux types de poney étaient disponible : soit les poneys de concours, ils étaient destinés aux cavaliers ayant obtenu le Galop 3, soit les juments poulinières pour les cavaliers débutants. Je faisais parti de cette deuxième catégorie.

 

 

 

L'après-midi était divisé en 3 heures : une consacrée aux leçons, une pour les tâches « ingrates » comme curer les boxes et la troisième pour jouer ou prendre un chocolat chaud quand il faisait froid, l'hiver.

 

 

 

«Cette personne m'ayant tant appris »

 

La première animatrice que j'ai connu, je n'en ai pas gardé de souvenirs marquant et fut remplacé par un homme. Avec calme et toujours un sourire aux lèvres, il nous expliquait le pourquoi du comment. Lorsque nous ne montions pas, il nous autorisait parfois à rester avec lui, à pied dans le manège, pour l'aider. Sa pédagogie consistait à changer deux ou trois fois de jeux durant l'heure. Les barres, les tonneaux et les balles avaient besoins d'être manipulés du sol pour être placer selon les besoins de l'animateur.

 

 

 

Mon galop 2 en poche, je montais durant la première reprise car destinée aux plus grands. Il m'arrivait de passer le reste de l'après-midi dans le manège à aider. Le fait de rester avec lui m'a permis de regarder les autres montés et de progresser. J'aimais être à ces cotés car quand il ne parlait pas aux cavaliers, nous discutions de tous les sujets, sans tabous.

 

 

 

À ma connaissance, il a réussi à installer son centre équestre avec son épouse et se nomme Philippe.

 

 

La deuxième personne m'ayant tant apporté est quelqu'un rencontré beaucoup plus récemment. Je souhaitais aller en stage chez lui et il a accepté. Durant 5 mois, de janvier à mai 2011, il m'a encouragé à faire le métier de mes rêves : travailler le sol avec les chevaux.

 

Durant cette période, j'ai travaillé et j'ai regardé d'autres faire. Il a créé une « ferme école née du Percheron » et se nomme Frédéric Carlier.

 

 

 

Si dans le premier cas, j'ai pu apprendre l'approche et le travail monté, dans le second j'ai confirmé l'approche et approfondi la relation homme-cheval, indispensable dans un métier où seul un guide de quelques millimètres de diamètre relit l'homme au cheval.

 

 

 

photos du 27 septembre

 

Vive la pluie

Au bureau                                  Canard 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Lire la suite

Remise en question

Concours du 12 août

Cavalcade 294x300Bonjour amies et amis lecteurs,

Il y a plusieurs mois de celà, j'ai composé sur le thème "cette personne qui m’a tant appris"

Equilibre Equestre organise ce mois-ci le concours de "la Cavalcade des blogs".

 

 

 

Remise en question des pratiques équestres

 

Enfant, j'étais dans un poney-club familial où nous avions la chance de pouvoir aller chercher nos poneys au pré, à pied, entres cavaliers. J'appréciais énormément ces échanges, avec nos « chouchous ». Puis venait le temps de monter. Suivant le niveau des élèves, soit nous allions dans le manège soit dans la carrière. N'aimant pas la compétition et son esprit, je préférais aller dans le manège.

L'après-midi était divisée en trois heures : une pour monter, une pour les travaux d'entretien (box, sellerie,...) et la dernière pour jouer. À cette époque, nous ne faisions guère attention si les travaux étaient légaux ou non. Il nous paraissait normal de participer à ces besognes puisque nos montures nous acceptaient sur leurs dos. J'avais même réussi à prendre plaisir à curer les boxes. Au moins, je me musclais autrement qu'à cheval et sans frais de salles de sport...

Un jour, on m'a forcé à partir : trop grand pour le manège, trop peu compétitif pour la carrière (ça, on ne me l'a pas dit), il m'a fallu chercher un centre équestre adapté à ma morphologie et à mon esprit. Le poney-club m'a accueilli durant cinq années. J'en garde un très bon souvenir. En doutiez-vous ?

                                (Poney-club d'Avançon (08) - Crédits Photos : Elevage Ferté)

 

Je me suis retrouvé dans un centre où je ne montais pas pour devenir le meilleur cavalier du département mais pour le plaisir. Nouveau lieu, nouvelles règles. Il était demandé aux cavaliers de brosser et seller le cheval puis de le desseller s'il n'était « utilisé » pour la reprise suivante. Fini les balades en main, fini les corvées, nous étions là pour monter à cheval, point barre.

 

 

Quels changements ! Je passais d'un club où les poneys étaient en semi-liberté à une écurie où chaque pièces étaient soigneusement rangées dans sa boîte ; d'un manège ouvert sur 3 cotés à un lieu clos. Certes, les jours de mauvais temps, nous étions à l’abri mais les odeurs de transpiration équine mêlées à celles des humains avec une touche d’excréments ne m'ont guère plu.  Je n'y suis resté qu'un an, prétextant les études pour arrêter d'y aller.

 

 

(À quoi rêvent les poneys au fond du box...- Philippe Meyrier)

 

Grâce à ces expériences, j'ai pu choisir ce que j'entendais par « cheval ». Un noble quadripède dans un pré pour qu'il puisse bouger.

Un pré où je vais le chercher lorsque l'envie me prend de se promener à pied, je ne monte plus. (ma jument n'a pas besoin de longe pour me suivre quant à mon chien, il est en laisse.) Ce promener, c'est bien mais travailler, ça peut être sympa aussi. Joindre l'utile à l'agréable... Un cheval ne faisant rien est un cheval coûtant cher. Il m'est donc venu à l'idée de travailler avec. A force de réflexions, j'ai fini  par me décider à faire un jardin où le tracteur est remplacé par la jument. Ainsi, en partie, nacquit "Jardins et Chevaux"

 

2cheval dans lumiereImg 1

                                                 (Ursina de Vichy)